mer roofing cumming

20

oct

2010

Des idées à approfondir pour le futur du périphérique nantais.

Alors que Nantes Métropole a voté le plan de développement du périphérique pour la période 2010-2014, Emmanuel Gachet a rappelé quelques mesures qui seraient nécessaires pour améliorer la fluidité du trafic et la tranquillité des riverains. >> Lire l'intervention.

"Les élus Verts, Régionalistes et Solidaires sont favorables aux orientations retenues pour l’aménagement du périphérique, orientations qui privilégient l’homogénéisation de l’existant. Certains aspects sont très satisfaisants, comme la mise aux normes sous deux ans des pistes cyclables parallèles au périphérique entre la Jonelière et la Porte de Sainte-Luce. Cet aménagement permettra de sécuriser les déplacements des cyclistes.

 

Cependant, d’autres engagements forts sont nécessaires comme par exemple, la limitation de la vitesse sur le périphérique à 70 km/h. Cette mesure à l’étude dans d’autres métropoles comme Lyon, Toulouse ou Paris, où des élus Verts ont demandé une limitation de la vitesse à 50 km/h sur le périphérique. Les avantages d’une telle mesure sont nombreux : une diminution des gaz à effets de serre de l’ordre de 10%, une diminution des risques d’accidents graves liés à la vitesse et une baisse des nuisances sonores subies par les riverains. Le ralentissement des voitures contribue à fluidifier le trafic. Le périphérique étant un ouvrage relevant de la compétence de l’Etat, il nous faut demander à l’Etat d’étudier cette mesure de limitation de vitesse dans les mois à venir mais également de reconsidérer son refus de financer des aménagements anti-bruits demandés par les riverains.

 

Nous souhaitons également citer l’expérience menée sur le pont de Saint-Nazaire. Son système de circulation modulable en fonction du trafic, avec une ligne centrale réservée le matin, à un sens de circulation, et le soir au sens de circulation inverse, est une innovation reconnue qui permet une nette amélioration de la gestion du trafic routier. Cette gestion intelligente et raisonnée se base sur nos besoins réels et non plus sur des besoins maximaux. Le Pont de Cheviré, véritable cauchemar pour les usagers, en matinée comme en soirée, semble être un terrain d’expérimentation tout trouvé qui mériterait que l’on s’y attarde pour mettre en application cette circulation alternée."

écrire commentaire

0 Commentaires

  • loading