mer buy phenylpiracetam

20

oct

2010

Satisfactions, craintes et regrets sur le Plan de Déplacements Urbains 2010-2015.

Lors du Conseil Communautaire du 18 octobre, Catherine Choquet et Pierre Tréguier se sont exprimé sur le nouveau Plan de Déplacements Urbains qui sera en vigueur pour la période 2010-2015. Celui-ci comporte de nombreux points de satisfaction mais également quelques doutes. >> Lire les interventions.

Voici l'intervention de Pierre Tréguier, premier intervenant VRS sur cette délibération :

 

"Monsieur le président, chers collègues

 

Je souhaite, au nom des élus Verts, Régionalistes et Solidaires exprimer à la fois notre satisfaction sur ce Plan de déplacements urbains mais aussi nos regrets et quelques craintes.

 

Tout d’abord, il est important de souligner que le temps de la concertation a eu lieu, avec les communes, les associations, quelques citoyens via l'atelier citoyen. Nous avons pu faire des propositions, qui ont été en partie intégrées à ce projet, notamment sur le dossier important de la prise en compte du handicap. Ma collègue Catherine Choquet y reviendra tout à l’heure.

 

Pour notre groupe, les principaux enjeux auxquels nous aurons à répondre dans les années à venir ont été clairement identifiés : la lutte contre l'étalement urbain, le lien indispensable à établir entre la politique des déplacements et les politiques de l'habitat et de l'urbanisme, la lutte contre l'effet de serre. A ces enjeux, les bonnes réponses sont apportées : la densification de notre agglomération, la ville des courtes distances, la priorité donnée aux déplacements vélos et piétons, la réalisation de zones apaisées, le soin à apporter à la réalisation d’un espace public de qualité, l’indispensable maîtrise du stationnement, et le droit à l'expérimentation. Bref, les solutions que les écologistes proposent depuis longtemps...Sur la densification, nous pouvons toutefois nous demander pourquoi celle-ci est essentiellement réservée au secteur de l’habitat et un peu moins au secteur tertiaire (il n’est pas rare dans ce domaine d’observer du R+2), ce secteur participe pourtant lui aussi à l’étalement urbain.

 

Notre satisfaction exprimée, nous avons tout de même quelques regrets, et quelques craintes.

 

Concernant le développement du réseau des transports en commun, nous ne pouvons que déplorer que ce mandat communautaire (2008-2014) ne verra pas de réalisation ou de prolongement de ligne de tramway. Nous le regrettons, alors que, par exemple, la réalisation de la connexion des lignes 1 et 2 de tramway aurait été un excellent objectif pour ce mandat.

 

A la lecture du projet de PDU, nous constatons que la période 2010-2015 verra surtout la réalisation d'études, de schémas directeurs, de chartes, et renverra à plus tard les réalisations concrètes : extension du réseau tramway, réexploitation de l'étoile ferroviaire... Nous souhaitons vivement que cette période 2010-2015 ne soit pas seulement une période consacrée aux études, mais que l’on puisse commencer à mettre en œuvre les orientations définies. Il ne peut pas, il ne doit pas y avoir de pause dans le développement de notre réseau de transports en commun.

 

L'application des mesures volontaristes annoncées dans ce projet de PDU, que ce soit la densification, la réalisation de la ville des courtes distances, la maîtrise du stationnement, la création de zones apaisées ou la priorité donnée aux déplacements vélos et piétons (pas suffisamment visible et dynamique actuellement) ne pourra pas se faire sans une volonté politique forte, car ces mesures signifieront des changements significatifs dans les habitudes de déplacements de nos concitoyens.

 

Enfin, la politique de déplacement de Nantes Métropole ne doit pas faire les frais de restrictions budgétaires. C’est l’une des politiques essentielles de notre communauté urbaine, qui doit nous permettre d’affronter la réalité du changement climatique. C’est une politique qui n’a pas encore répondu à tous les besoins en déplacements de nos concitoyens, dans une agglomération dont la population augmente régulièrement.

 

Des améliorations sont nécessaires sur notre périphérique, particulièrement la Porte d’Armor, ce point est souligné dans le rapport qui nous est présenté, je dis simplement souligné, car l’on ne sent pas une réelle volonté de l’état de s’atteler rapidement à ce chantier, ni de remettre en lumière -sécurité oblige- les bretelles d’accès et les ronds points qui bordent ce périphérique, mais il est vrai que l’Etat préfère accompagner certains d’entre nous dans la réalisation de projet pharaonique au détriment de projet de proximité…

 

Les élus Verts, Régionalistes et Solidaires approuvent donc ce projet de PDU. Bien évidemment, nous avons noté que ce projet de PDU fait référence à de nombreuses reprises au projet de Notre Dame des Landes et de ses dessertes. Notre approbation de projet de PDU ne veut pas dire approbation de tout ce qui concerne Notre Dame des Landes, mais je crois que vous l’avez bien compris ! Mais encore une fois, les fonds réservés au projet de l’aéroport de Notre Dame des Landes auraient été plus efficaces à un démarrage concret et rapide des projets de ce PDU."

 

Voici maintenant l'intervention de Catherine Choquet qui s'est elle attaché à l'aspect "handicap" du PDU.

 

"Monsieur le Président, chers collègues,

 

Comme Pierre Tréguier vient de le dire, nos remarques et propositions concernant la prise en compte du handicap ont été intégrées à ce plan de déplacements urbains, et nous nous en félicitions.

 

En effet, en tant qu’adjointe au Maire de la Ville de Nantes déléguée aux personnes handicapées et membre de la commission mobilités au sein de Nantes Métropole, je m’efforce d’impulser et d’entretenir une forte convergence d’actions entre la ville et l’agglomération, notamment en matière de déplacements urbains, afin de renforcer le rôle de nos collectivités dans la mise en œuvre de l’accessibilité dans les transports publics et la chaîne des déplacements.

 

C’est pourquoi, je tenais particulièrement à ce que les associations représentatives des personnes handicapées, en tant qu’usagers experts, soient impliquées non seulement dans le cadre de la concertation engagée tout au long de la démarche d’évaluation du précédent PDU et d’élaboration du futur PDU, comme cela a été le cas, mais également dans le suivi et l’évaluation de ce dernier.

 

Par ailleurs, j’ai insisté pour que le schéma directeur d’accessibilité des transports collectifs soit clairement mentionné et intégré au PDU afin de positionner la communauté urbaine de Nantes comme une agglomération pilote en ce domaine.

 

D’autre part, j’ai souligné la nécessité de développer l’offre de stationnement réservé aux personnes handicapées, comme cela est fait pour l’automobile et le vélo. Et avec satisfaction, cette exigence a été prise en compte.

 

Enfin, je me réjouis qu’une clarification sémantique ait été apportée concernant l’emploi du terme accessibilité afin d’éviter toute confusion. A ce titre, il a donc été précisé dans le présent PDU que ce terme renvoie systématiquement à la question des personnes handicapées ou à mobilité réduite.

 

Ainsi, en prenant en considération dans ce PDU les différents besoins des personnes handicapées en matière de déplacement, nous confortons notre approche transversale, intégrée et concertée, adoptée en faveur de la politique du handicap et témoignons de notre volonté politique de faire figurer nos collectivités parmi les plus en avance au regard de la loi sur le handicap qui ambitionne de rendre la France accessible d’ici 2015.

 

Je vous remercie de votre attention. "

écrire commentaire

0 Commentaires

  • loading