mar Minicon hoax

12

avr

2011

Une année de transition pour les transports en commun de la Métropole.

A l'occasion du conseil communautaire du 11 avril 2011, Catherine Choquet a rappelé la nécessité d'un réseau de transports en commun adapté et adéquat à l'heure où le pétrole atteint des sommets.

Monsieur le Président, chers collègues,

 

Le vote de cette délibération annuelle sur l’évolution de l’offre de transports en commun et de ses tarifs est un moment important de la vie de notre conseil, pour deux raisons. Le budget des transports et déplacements est le premier budget de Nantes Métropole, et nos décisions d’aujourd’hui sont attendues par les usagers : elles auront un impact financier direct pour leur porte-monnaie.

 

C’est également un moment important car nous devons toujours être dans l’amélioration et l’optimisation de notre réseau de transports en commun, surtout lorsque l’on voit le prix du baril de pétrole augmenter régulièrement. Les études internationales annoncent à moyen terme la fin du pétrole abondant et bon marché. Une étude de la banque internationale HSBC, citée dans le Figaro de la semaine dernière, l’a récemment confirmé. Cette augmentation du prix du pétrole, et donc de l’essence, qui pèse sur les budgets de nos concitoyens ne peuvent que les inciter à se tourner vers des alternatives à la voiture. Les transports en commun en sont évidemment l’une des principales alternatives.

 

Les évolutions proposées pour l’année 2011-2012 montrent bien que nous sommes dans une phase de transition, avant la mise en service des lignes Chronobus. J’en soulignerai trois :

 

  • Le renforcement de l’offre en soirée sur les lignes 1 et 4, même si cela ne nous exonère pas d’une réflexion beaucoup plus importante sur notre offre en soirée, qui n’est pas encore digne d’une grande métropole.
  • La poursuite de l’ouverture des lignes Lila, évitant ainsi le doublonnement de lignes Lila et Semitan. A ce sujet, pourriez-vous l’illustrer par les chiffres de fréquentation des lignes Lila : 1, 3, 49 et 20, citées dans la délibération ?
  • Le renforcement de la coordination entre les réseaux Tan et Ter. Une bonne articulation entre les différentes offres de transport collectif est toujours plébiscitée par les usagers.

 

Quant à l’augmentation des tarifs, égale à zéro pour 4 titres dont les tickets unité et 24 heures, elle est supérieure à l’inflation pour un certain nombre de tarifs. La délégation de service public prévoit en effet une hausse de 2,51 % de la recette moyenne au déplacement. Nous ferons le bilan à la fin du mandat, mais nous espérons qu’une trop forte augmentation des tarifs de transports sur l’ensemble de ce mandat, supérieure à l’inflation, n’entraînera pas une baisse de la fréquentation de notre réseau de transports collectifs.

 

Concernant ces tarifs, la délibération nous rappelle les réductions accordées aux familles ayant un ou plusieurs enfants en âge d’être scolarisés. Là aussi notre collectivité doit consolider ses efforts de solidarité envers nos concitoyens aux revenus les plus modestes ou aux charges importantes. Nous posons précisément la question des ayants-droits pour les titulaires de minima sociaux par exemple. Pouvez-vous nous dire où en sont les réflexions de Nantes Métropole sur une refonte de la tarification sociale ?

 

Enfin, notons un paradoxe qu’il nous faut méditer avant de continuer nos actions sans faiblir :

Si nous avons reçu la distinction de capitale verte européenne pour 2013, c’est notamment parce que nous avons obtenu une bonne note sur les transports.

Dans le même temps, Nantes est moins cité ces derniers mois dans le peloton de tête des villes leaders sur les transports collectifs.

 

Nous ne saurions négliger que le prix de la Capitale Verte Européenne est moins une récompense qu’une responsabilité confiée pour faire mieux et continuer d’être exemplaires.

 

Je vous remercie de votre attention

 

écrire commentaire

0 Commentaires

  • loading