ven http://en.trend.az/ user blog Vladimir Petruk.

24

jun

2011

Coopération avec la Guinée : L’eau, passerelle entre deux territoires.

En adoptant le Pacte d’Istanbul au dernier conseil communautaire (20 juin 2011), les élus de Nantes Métropole affirment que l’accès à une eau de bonne qualité et à l’assainissement est un droit fondamental pour tous les êtres humains et joue un rôle essentiel dans la préservation de la vie, de la santé publique, de la paix et dans la lutte contre la pauvreté. Ce droit à l’eau pour tous, ils s’engagent à le défendre aussi bien à l’échelle de notre territoire qu’au niveau international. Nantes Métropole, et toutes les communes qui conduisent des coopérations dans le domaine de l'eau, s'y efforcent déjà. C'est le cas de Couëron, Nantes, Orvault, Rezé, Saint-Herblain... mais également de cinq communes de l’agglomération (Basse-Goulaine, Bouaye, Orvault, Saint-Jean de Boiseau, Sainte-Luce sur Loire, Rezé) qui mènent en concertation avec Nantes Métropole des projets à Kindia. A ce titre, une délégation de cette ville de Guinée, composée d'élus et de techniciens, vient d'être reçue début juin sur le territoire nantais...

Durant toute une semaine (du 5 au 11 juin 2011), Marie-Hélène Nedelec, élue de Nantes Métropole en charge de la coopération décentralisée, a accompagné une délégation de Kindia en visite sur le territoire nantais.

 

Au programme : L’inauguration d’un "Jardin de Kindia" à Orvault, des rencontres politiques, la visite d’exploitations maraichères sur Sainte-Luce-sur-Loire, des réunions de travail avec les services techniques de Nantes Métropole, la visite du centre de tri de la Prairie de Mauves…

 

Cette venue s’inscrit avant tout dans le cadre des relations établies entre Nantes Métropole et Kindia, ville du sud-ouest de la Guinée. Depuis plus de quatre ans, des actions de coopération décentralisée, axées sur l’eau, l’assainissement et les déchets, sont menées entre les deux collectivités et en partenariat avec l’association Coopération Atlantique.

 

Cette coopération a tout d’abord débuté par la mise en œuvre du programme « Facilité Eau », qui vise à améliorer l’accès des habitants de Kindia à une eau de qualité. Car à Kindia, ville peuplée de 200 000 habitants, l’accès à l’eau et à l’assainissement est largement déficient : infrastructures d’eau potable dégradées, difficultés dans la gestion de l’assainissement, infrastructures d’assainissement collectif quasi-inexistantes, … augmentant par conséquent les risques de maladies hydriques telles que la typhoïde, les diarrhées chroniques ou encore le choléra.

 

Ce programme, cofinancé par l’Union Européenne, arrive aujourd’hui à son terme. Il aura permis surtout la mise en place d’un service public local de l’eau performant avec la création de l’Agence communale de l’eau et de l’assainissement (ACEA) de Kindia, chargée également de la gestion des déchets.

Marie-Hélène Nédélec présente le programme "Trois Rivières" aux côtés de Mamadou Dramé, maire de Kindia. Marie-Hélène Nédélec présente le programme "Trois Rivières" aux côtés de Mamadou Dramé, maire de Kindia.

Le programme « Trois Rivières », mené par cinq communes de l’agglomération nantaise (Basse-Goulaine, Bouaye, Orvault, Saint-Jean-de-Boiseau, Sainte-Luce-sur-Loire) vient prendre la relève. Il a l’ambition d’améliorer durablement les conditions sanitaires de Kindia, en permettant d’organiser une gestion durable des déchets et de l’assainissement dans les quartiers situées à la confluence des trois rivières principales de la ville guinéenne.

 

Sur ces deux projets, la communauté urbaine de Nantes mobilise des ressources financières et humaines :

  • Nantes Métropole s’engage financièrement par le biais du dispositif de solidarité eau – assainissement créé dans le cadre de la loi Oudin – Santini, qui permet de consacrer près de 0,5 % des recettes de l’eau potable et de l’assainissement au financement de programmes de coopération décentralisée dans ce domaine. « N’oublions pas que l’ensemble des habitants de notre agglomération contribuent à ces projets au travers de ce fonds en payant 0,5 % sur leur facture d’eau pour des projets de coopération », souligne Marie-Hélène Nedelec.
  • Nantes Métropole apporte également un soutien technique en impliquant ses agents dans le suivi des projets et le transfert de compétences avec leurs homologues guinéens.

 

Au-delà de la volonté de contribuer à la réalisation d’un des principaux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)[1], l’élue Europe Ecologie – Les Verts aime à rappeler que « coopérer, c’est agir ensemble. L’investissement de chacun et de chacune, dans la spécificité et le rôle qui lui est propre, est essentiel pour la réussite des projets. Avant tout au service des populations, ces projets ont permis de tisser des liens entre les hommes et les femmes, entre ces deux territoires, ici et là-bas. Et c’est ce qui en fait toute leur richesse ».

 

Cette coopération décentralisée entre Kindia et Nantes Métropole contribue également au renforcement de la gouvernance locale des villes, comme levier de démocratie et de développement local. « La création de l’ACEA n’est pas un aboutissement, elle est le début d’une histoire pour Kindia qui obtient ainsi une compétence réelle dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. L’ACEA est comme un enfant qui doit maintenant grandir et se développer pour assumer pleinement ses responsabilités, poursuit Marie-Hélène Nedelec. A travers ces expériences, c’est une mise en place concrète de la décentralisation dans une compétence précise qui est celle de l’eau et de l’assainissement. Je souhaite qu’elle puisse servir d’exemple pour d’autres collectivités particulièrement en Guinée, et pourquoi pas dans d’autres domaines de compétences ». A bon entendeur…

[1] Les Objectifs du Millénaire pour le Développement, définis par les Nations Unies, proposent de réduire de moitié la proportion de la population sans accès durable à l’eau potable et à un système d’assainissement amélioré d’ici à 2015.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading