ven. onlineprnews.com

01

juin

2012

A la veille de la Marche des Fiertés 2012 : Pierre-Yves Le Brun interviewé par le média Terri(s)toires

"Des droits à la "sortie du placard". Les initiales LGBT, lesbiennes, gay, bi et trans', sont le symbole d'un mouvement multicolore, encore et toujours en quête d'égalité. Des revendications simples d'amour, de famille et de reconnaissance sociale, pour ces hommes et femmes qui recherchent la sérénité dans cette autre manière d'aimer.

Lieu d'accueil, de projets et de diversité, le Centre LGBT de Nantes œuvre pour les causes homosexuelles et transidentitaires. Depuis 1997, l'association défend avec passion les citoyens et citoyennes en mal d'aimer. "C'est une belle association qui a de nombreux projets, en perpétuelle évolution", affirme Pierre-Yves Le Brun, conseiller municipal de la mairie de Nantes, délégué aux pratiques culturelles émergentes. Président du Centre LGBT de 2002 à 2008, il est resté adhérent et fervent militant. "Je suis toujours administrateur du Centre à titre personnel. Mon rôle d'élu me permet, bien entendu, de faire l'intermédiaire entre la Ville et l'association. Je suis une sorte de facilitateur. Je considère que les questions "lgbt" sont montées en puissance depuis quelques années, même si elles ont toujours été présentes. Il est donc important de les insérer dans la vie politique et citoyenne." Le Centre de Nantes est l'un des plus conséquents de province, et le seul à avoir un salarié permanent. "Il a toute sa pertinence dans une ville comme Nantes, capitale européenne de grande envergure et aux actions publiques importantes."

 

Soutenir des choix humains

 

Le parcours identitaire reste cependant un chemin miné. Ce fameux coming out est un moment crucial qui peut, parfois, être traumatisant. Une "sortie du placard" qui demande une écoute et un suivi humain importants pour la construction d'une vie sexuelle et sociale épanouie. "Ces questions identitaires se posent à deux moments de la vie. À l'adolescence lorsque le jeune découvre sa sexualité, mais aussi vers 40 ou 50 ans, lorsque certaines personnes découvrent leur homosexualité ou bisexualité. Le Centre est véritablement intergénérationnel et accueille des hommes et des femmes de 18 à 70 ans. La parole conforte les gens. Les personnes "lgbt" ont besoin de se réunir entre elles afin d'être guidées, de partager leur expérience." Le mot d'ordre : accompagner, car, selon Pierre-Yves Le Brun, "même si la société est, heureusement, de plus en plus ouverte, il ne faut pas oublier que l'acceptation des homosexuels est plus difficile qu'on ne le pense."

 

Politiquement correct

 

Qui dit mariage dit… pacs pour les couples homosexuels. Le 6 mai dernier, l'élection de François Hollande a redonné espoir." Concernant le mariage homosexuel, le président socialiste doit tenir ses engagements au plus vite. Je souhaite que, d'ici la fin de l'année, un premier vote soit effectué à l'Assemblée, suivi de décrets d'application. La France est très en retard ; pourtant la société est prête. Le pacs était une avancée forte, mais les questions "lgbt" sont, depuis, quasiment bloquées." Navrant, mais la France conserve jalousement ses valeurs judéo-chrétiennes. Pourtant, Obama himself se dit favorable au mariage pour les homosexuels…"Au mariage gay et lesbien, s'ajoute le droit à l'adoption et à la procréation médicalement assistée. Il n'y a pas à transiger : les homos doivent avoir les mêmes droits que les hétéros ! C'est un combat sans fin contre l"hypocrisie. C'est terrible, nous touchons au droit d'aimer."

 

Source : http://www.terristoires.info/dossiers/le-gay-savoir-996.html

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading
Newsletter