mar. Информация ключар тут.

10

juil.

2012

Développement d'un pôle industriel dédié aux énergies marines renouvelables - Intervention de Pascale Chiron

Issu du Grenelle de l'environnement avec l'objectif d'introduire 23% d'énergies renouvelables dans la consommation globale en 2020, l'appel d'offre sur l'éolien offshore a attribué au consortium mené par Alstom et EDF Énergies Nouvelles, trois des cinq sites au large des côtes françaises dont celui de Saint-Nazaire. Alstom s'apprête ainsi à implanter une nouvelle filière industrielle qui sera située dans le Grand Port Maritime de Nantes - Saint Nazaire.

Il s'agit aussi clairement de répondre aux appels d'offres européens sur le développement du grand éolien offshore, doté de plusieurs dizaines de milliards d'euros dans les prochaines années. C'est une réponse centrale à la décision prise par la majorité des pays européens de sortir du tout nucléaire.

 

Alors que s'élève le prototype de la plus grande éolienne au monde sur le site du Carnet, un des lieux emblématiques de la lutte écologiste et citoyenne contre la monoculture du nucléaire, Nantes Métropole affirme donc sa vocation de territoire innovant qui s'est engagé dans la voie de la transition énergétique avec l'élaboration d'un Plan Climat ambitieux et d'un Agenda 21.

 

Car on le sait, le dérèglement climatique et la raréfaction des matières premières sont des données incontournables qu'il nous faut anticiper à travers une vision stratégique de nos politiques publiques. Les écologistes le revendiquent depuis longtemps : face au défi du changement climatique, on ne peut plus faire l'impasse sur le développement des énergies renouvelables.

 

Aujourd'hui, notre collectivité s'engage donc dans un partenariat financier avec la CARENE pour soutenir la nécessaire diversification de notre mix énergétique en favorisant l'essor des énergies marines renouvelables.

 

Pour les élus écologistes, régionalistes, solidaires, la création de ce nouveau pôle industriel est une réelle opportunité pour notre territoire, en termes de développement d'énergie locale et renouvelable. La France dispose, en effet, d'un véritable potentiel dans ce domaine. Avec plus de 11 millions de km2 d'exploitation exclusive, notre pays détient le 2ème plus gros potentiel mondial en termes de surfaces après les États-Unis. Malgré cela, les freins réglementaires et financiers sont nombreux et le retard national est réel. Dans ce contexte et au-delà du soutien de notre collectivité, on ne peut que saluer l'annonce du premier ministre de l'ouverture, d'une conférence environnementale à la rentrée pour préparer le grand chantier de la transition énergétique. Nous en sommes convaincus, cette conférence sera suivie de mesures favorables au développement des énergies renouvelables, y compris l'éolien terrestre dont les procédures administratives freinent considérablement son développement. Il faut que l'éolien terrestre puisse se développer comme le offshore : ce n'est pas l'un ou l'autre, mais l'un et l'autre!

 

Ce projet ne se limite pas aux objectifs environnementaux,

 

Les énergies marines renouvelables représentent une opportunité formidable pour nos deux collectivités, de développer une nouvelle filière industrielle qui pourra constituer une carte maîtresse de notre économie locale et donner les moyens à notre industrie portuaire et navale de se diversifier écologiquement et durablement. Nantes Métropole et la CARENE disposent pour cela, de nombreux atouts pour se positionner à la pointe du développement des énergies marines, notamment liés à la présence d'un tissu industriel dense et adapté, du Grand Port Maritime Nantes - Saint Nazaire et de l'IRT Jules Verne, récemment labellisé et spécialisé dans le champ des matériaux.

Alstom, déjà implanté dans l'Estuaire ligérien, va désormais pouvoir tenir sa promesse d'installation d'unités de production de nacelles et d'alternateurs d'éoliennes. C'est une réelle bonne nouvelle pour notre collectivité, pour notre économie locale et pour nos emplois puisque Alstom a annoncé la création de 2500 emplois industriels directs sur le site de Saint Nazaire.

 

En ce qui concerne le champ de la formation professionnelle, le Conseil Régional par l'intermédiaire de Jean-Philippe Magnen, s’est positionné en tant que pilote pour mettre au point une réponse collective et partenariale avec l'Etat, Pôle emploi et les collectivités locales. Cela va permettre d'anticiper les besoins en recrutement de cette éco-filière et de travailler sur les nouvelles compétences  en accompagnant les salariés comme les demandeurs d'emploi.

 

Tout cela démontre que environnement et économie ne sont pas antinomiques. Au contraire, c'est l'avenir que nous préparons ici et maintenant !

 

Enfin, je terminerai par rappeler que si l'émergence de la filière off-shore est primordiale, l'implantation d'usines de productions et d'assemblage nécessite que nous soyons vigilants sur tous les plans : économique, environnemental et social. Il serait aberrant que nous construisions sans prendre en compte l'ensemble des impacts environnementaux, qu'ils soient immédiats ou à plus long terme. C'est pourquoi, il nous paraît fondamental que les avis des différents acteurs : la Métropole Nantes-St Nazaire, le département, la région, les industriels, les associations de protection de l'environnement soient collectés et intégrés dans un schéma de cohérence globale pour l'aménagement du port et plus largement de l'Estuaire de la Loire.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading
Newsletter