ven. Liquid Shop

13

juil.

2012

Nantes Métropole signataire du contrat nature

Le 4 juillet 2012, Elisabeth GUIST’HAU, vice-présidente de Nantes Métropole à l’Environnement et au Développement Durable et Sophie BRINGUY, vice-présidente du Conseil régional à l’Environnement, ont apposé leur signature au contrat nature qui engage les deux collectivités sur un programme destinées à restaurer les continuités écologiques. Plus d’1 million d’euros seront ainsi investis sur le territoire de Nantes Métropole d’ici fin 2013 !

« Douze actions structurent ce projet, avec chacune des enjeux de taille : prise en compte de la biodiversité dans les documents d’urbanisme, restauration des continuités écologiques dans les zones d’activité, gestion adaptée des dépendances routières, soutien à l’agriculture périurbaine et diagnostics d’exploitations… », a expliqué Élisabeth Guist'hau

 

Nantes Métropole a pour cela, mobilisé de nombreux acteurs : associations de préservation de l’environnement, naturalistes, ingénieurs, urbanistes, forestiers, agriculteurs, élus, administrations… Autant de personnes qui seront associées au pilotage et au suivi du contrat nature.

 

Cette journée a également permis de montrer l’importance de la transversalité pour une vraie politique de préservation de la biodiversité. La pluralité des acteurs impliqués et les services de Nantes Métropole participant à ce projet, seront une des clés de la qualité du programme. C’est en prenant en compte la préservation de la biodiversité à toutes les échelles et dans toutes les politiques que nous pourrons inverser la vapeur. Car autant il est relativement facile de protéger un petit coin de nature dans un enclos, autant cela ne peut répondre aux enjeux globaux de l’érosion massive de la biodiversité.

 

Pour Elisabeth GUIST’HAU, « plus qu’un soutien financier, le contrat nature a lancé une nouvelle dynamique pour Nantes Métropole ». Du côté du Conseil régional : « L’appel à projets Contrats nature devait encourager les territoires à se lancer dans la restauration et la préservation des trames vertes et bleues sans attendre l’adoption du Schéma régional de cohérence écologique et nourrir tant l’expérience que la réflexion collective. Nantes Métropole était prête, nous avons donné le coup de pouce… de 388 000 euros ! », a déclaré Sophie BRINGUY.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading
Newsletter