mer. Furniture in Atlanta

25

juin

2014

Interview de Catherine Bassani-Pillot, nouvelle présidente de l’EDENN

Catherine Bassani-Pillot, conseillère municipale de Nantes en charge de la santé environnementale, vient d'être élue présidente du syndicat mixte EDENN (Entente pour le développement de l’Erdre navigable et naturelle). Elle a accepté de nous présenter les objectifs et les enjeux de sa nouvelle mission.

 

 

 

Pouvez-vous nous présenter l'EDENN en quelques mots ?

 

 

 

Le syndicat mixte Edenn est un établissement public qui regroupe les collectivités du bassin versant de l’Erdre. Il a pour objectif de reconquérir le bon état écologique de l’eau et des milieux. L’Erdre subit plusieurs pressions qui nuisent à sa qualité, notamment au niveau des usages et des rejets de produits phytosanitaires et de phosphore. Face à ces pressions, les actions de l’Edenn se structurent autour d’opérations destinées aux usages de la rivière, à la restauration de milieux, mais aussi à la qualité de l’eau et à la préservation de la biodiversité.

 

 

 

Comment l'Edenn travaille-t-il avec les différents partenaires ?

 

 

 

Structure référente du SAGE (Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux) Estuaire de la Loire pour le bassin versant de l’Erdre, le statut de l'Edenn permet aux collectivités territoriales de s’associer entre‐elles. L’Edenn rassemble : le Conseil Général de Loire‐Atlantique, Nantes Métropole, les Communautés de Communes du Pays d’Ancenis et d’Erdre et Gesvres, ainsi que la commune de Saffré. Le département du Maine et Loire en est partenaire. Cette structure de coopération permet de développer une vision et une action globale à l’échelle d’un bassin versant, à savoir le périmètre à l’intérieur duquel toutes les eaux convergent et ruissèlent vers la même rivière.

 

 

 

Quels sont les enjeux partagés entre les différents acteurs ?

 

 

 

Les actions de l’Edenn visent à améliorer la qualité de l’eau de l’Erdre et de ses affluents aujourd’hui considérés en « mauvais état écologique ». L’enjeu de la qualité concerne premièrement l’eau potable et son coût de traitement face à la présence de pesticides. Le bassin versant de l’Erdre compte sept captages pour l’alimentation en eau potable. En particulier, un pompage de secours en eau superficielle garantit l’alimentation de 600 000 habitants de la Métropole Nantaise. Il est nécessaire d’être attentif à la présence des produits phytosanitaires afin de réduire la pollution de l’eau. L’autre enjeu concerne le phénomène d’eutrophisation qui est un déséquilibre du milieu aquatique résultant d’un apport excessif en nutriment comme l’azote ou le phosphore. Ce déséquilibre provoque une diminution de la biodiversité, limite le pouvoir auto-épurateur de la rivière et favorise le développement des cyanobactéries (micro-organisme potentiellement toxique). Enfin, chercher à améliorer la qualité écologique des milieux aquatiques, c’est aussi protéger et favoriser la biodiversité locale pour promouvoir la cohérence écologique du territoire.

 

 

 

Quelle est le plan d'action de l'Edenn pour atteindre ces objectifs ?

 

 

 

Afin de reconquérir le bon état écologique de la rivière, L’EDENN mène des actions qui relèvent des trois thématiques suivantes :

 

 

 

- Préserver la biodiversité. L’Edenn cherche à inventorier, valoriser et préserver la biodiversité en concertation avec les acteurs locaux (riverains, communes, entreprises, associations).

 

 

 

- Reconquérir la qualité de l’eau. Par des actions, chartes et programmes pour réduire les transferts de polluants dans l’eau (phosphore, produits phytosanitaires…) auprès des collectivités, des particuliers, des enseignes de jardineries et des professions agricoles.

 

 

 

- Assurer la cohabitation et la sécurité des usagers. Par la concertation locale, la diffusion des réglementations et un suivi sanitaire régulier de la qualité de l’eau.

 

 

 

Enfin, dans le cadre d’un programme d’actions construit avec les acteurs de l’Erdre sous forme de contrats financiers avec la Région Pays de la Loire et l’Agence de l’eau Loire Bretagne.

 

 

A lire également : discours de Catherine Bassani-Pillot, nouvelle présidente de l'EDENN

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading